Belgique : soumission au Parti Islam inféodé à l’Iran, article du JForum Newsletter nº 1150

2
308

La charia et la ségrégation sexuelle dans les bus : le programme interpellant du parti Islam

Redouane Ahrouch. © Galicia.

MISE À JOUR À désormais six mois des élections communales, le parti Islam a dévoilé quelques pans de son programme aux journaux du groupe Mediahuis. Outre l’établissement d’un État islamique en Belgique ainsi que l’instauration de la charia, la formation politique islamiste propose également de séparer les hommes et les femmes dans les transports publics.

Fondé en 2012, le parti Islam avait créé une mini-sensation lors du scrutin communal de cette même année en obtenant un siège de conseiller communal à Molenbeek et un autre à Anderlecht. Six ans plus tard, le parti vise désormais plus haut, et plus loin. En effet, en plus de 14 des 19 communes bruxelloises, Islam sera présent dans six communes de la province de Liège (Liège, Verviers, Herstal, Ans, Saint-Nicolas et Dison) et envisage de monter des listes à Namur, Mons et Charleroi. Après Bruxelles, le parti Islam lorgne donc sur la Wallonie au niveau local (le parti avait présenté des listes aux élections fédérales et régionales à Bruxelles et à Liège en 2014, avec un résultat insignifiant à la clé, ndlr).

Instaurer la charia sans toucher à la Constitution

Le parti assure vouloir s’écarter de son image de parti religieux. “Nous défendons des valeurs et pas des dogmes. Nous laissons ça à la religion. Nous voulons d’abord aider nos concitoyens et ce, peu importe la conviction”, expliquait mercredi à Belga Talal Magri, coordinateur de la campagne des élections communales en Wallonie et future tête de liste à Liège.

Il n’empêche, l’objectif ultime du parti reste néanmoins l’établissement d’un véritable Etat islamiste en Belgique, après y avoir instauré la charia. C’est ce qu’a confirmé le trésorier d’Islam Redouane Ahrouch aux journaux du groupe Mediahuis. Un objectif qui doit être atteint sans pour autant toucher à la Constitution belge, souligne toutefois celui qui est également conseiller communal à Anderlecht.

Des transports en commun séparés
On apprend également dans cet entretien que le parti islamiste souhaite séparer les hommes et les femmes dans les transports publics. Une proposition qui ne serait pas motivée par la religion, assure Ahrouch, lui-même conducteur de bus à la Stib, mais par les nombreuses plaintes de femmes pour harcèlement que l’homme affirme recevoir régulièrement.

“Durant les heures de pointe, certaines personnes, surtout d’origine étrangère, profitent du fait que les véhicules sont pleins à craquer pour se ‘coller’ aux femmes. Ce ne sont pas seulement les femmes musulmanes qui se sentent ainsi humiliées. C’est pourquoi je plaide pour les hommes montent à l’avant et les femmes à l’arrière”, a-t-il précisé.

Une interview qui n’a pas échappé à Theo Francken, lequel a probablement recraché son café en lisant certains passages. Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration s’est en tout cas offusqué d’un tel programme.

Theo Francken: “Ce parti Islam me révolte”
“Dans leur monde régi par la charia, les femmes n’ont pas de droits. Et cela commence avec une ségrégation dans le transport public. Ce parti ISLAM me révolte. C’est pour cette raison que @SafaiDarya et des milliers d’autres femmes ont dû fuir d’Iran. C’est cracher sur l’Europe”, a dénoncé sur Twitter -et en français- Theo Francken.

Lire aussi

Maxime Czupryk 
6/04/18 – 11h37
7sur7.be/7s7/fr
————————-
Archives :

Le parti Islam sous influence iranienne, “une erreur stratégique”

© belga.

Le parti Islam, dont les deux élus bruxellois sont conviés ce week-end à Téhéran, commet une erreur stratégique en affichant sa connivence avec l’Iran et la communauté chiite, a indiqué vendredi Corinne Torrekens, spécialiste de l’Islam au centre de recherche METICES de l’Université Libre de Bruxelles.

“Le leader du parti, Redouane Ahrouch, a toujours caché son appartenance à la communauté chiite. Aujourd’hui, il l’admet, mais son discours reste cacophonique”, explique-t-elle.

En acceptant l’invitation à Téhéran de l’organisation chiite internationale Ahl ul-Baytde, “le parti se tire une balle dans le pied. Il s’éloigne des préoccupations réelles des musulmans de Belgique, dont l’écrasante majorité est issue de la communauté sunnite”, poursuit Corinne Torrekens. “Le parti commet ici une erreur stratégique dans ses ambitions électorales pour 2014.”

Sur la question d’un éventuel financement du parti par l’Iran, l’auteur de l’ouvrage “l’Islam en Belgique”, assure que la comptabilité des partis politiques belges se doit d’être transparente.

Vendredi, le quotidien Le Soir révélait que les deux élus du parti musulman Islam – l’un à Molenbeek et l’autre à Anderlecht – avaient reçu les félicitations officielles de l’organisation mondiale chiite Ahl ul-Bayt, basée à Téhéran. Selon le quotidien, ils devraient se rendre ce week-end en Iran, en compagnie d’autres élus musulmans originaires d’Allemagne et de Grande-Bretagne.

Le parti Islam a remporté plus de 5.000 voix au scrutin communal du 14 octobre, à Anderlecht, Molenbeek et Bruxelles.

Par: rédaction
21/12/12 – 19h50  Source: belga.be
7sur7.be/7s7

Vous aimerez aussi...